Dérapage confirmé de la DeFi dans l’univers des scams

 Dérapage confirmé de la DeFi dans l’univers des scams

La Finance Décentralisée pourrait se résumer actuellement à un joyeux bordel. Cela même si certains de ses projets flirtent de plus en plus avec le scam. Mais l’énergie positive qui se dégage de cet enthousiasme parfois incontrôlé a toujours permis de trouver des excuses à ces jetons improbables, les plus alimentaires soient-ils. Une réalité qui vient de trouver un brusque point final avec le jeton FEW.

Il y a des étapes comme celle-ci qui dessinent un avant et un après dans certains univers. Il suffit de prendre l’exemple du lancement avorté de la V1 du Libra de Facebook. Ce dernier a très clairement marqué un point de passage dans le domaine des stablecoins et de la création des monnaies numériques de Banques centrales (CBDC)

Une position que vient de remporter – toutes proportions gardées- le jeton FEW au sein de la DeFi. Un lancement en forme de copié/collé de son homologue à succès du nom de MEME. Ce dernier étant en train de s’effondrer de plus de 280% après son ATH de presque 2000$ enregistré mardi dernier.

Le jeton FEW, premier scam officiel de la DeFi ?

Certains diront qu’ils avaient tiré la sonnette d’alarme avant que l’incendie ne prenne. Et à leur tête se trouve Vitalik Buterin, créateur inspiré d’Ethereum (ETH) et pourfendeur de la frénésie qui entoure la DeFi. Ce dernier ayant très clairement indiqué durant l’été de ne surtout pas y investir ses économies. Et les semaines suivant cette déclaration n’ont fait que confirmer sa vision une nouvelle fois éclairée. 

Le jeton FEW est un projet qui a été porté par des personnalités de la DeFi et initié par Sam Ratnakar, le cofondateur d’Ideas Market. Un lancement annoncé le 22 septembre en forme de mystère et surfant très clairement sur la vague du jeton MEME. 

On pouvait y rencontrer des personnalités centrales du milieu comme Alex Masmej, le compte Twitter DeFi Dude ou encore Anthony Sassano théoricien de la DeFi version World of Warcraft. Une belle brochette de Yield Farmers n’acceptant pas d’avoir raté la mission lunaire du jeton MEME. 

Un copié/collé du jeton MEME

Une affirmation qui trouve son explication dans les propos d’Anthony Sassano. Ce dernier ayant révélé avoir revendu son airdrop de jetons MEME avant sa hausse record, passant ainsi à côté d’un pactole de 600 000 dollars. Il n’en fallait pas plus pour initier ce rassemblement. Cela dans le but d’en créer un clone  pour pouvoir en reproduire les bénéfices records

Ce qui n’est pas une nouveauté dans le milieu de la DeFi qui semble s’amuser à copier ses protocoles comme on reproduit une recette de cuisine. Sans se soucier de l’indigestion que cela peut provoquer. Mais également sans prendre en compte que les profits des uns représentent les pertes des autres. Et que ce qui est un jeu pour certains irresponsables peut être grave pour ceux qui leur font confiance.

Il semble que l’appât du gain ait définitivement pris le dessus au sein d’une DeFi devenue plus spéculative qu’innovante.

Un lancement en forme de point final

Mais dans les faits, ce n’est pas le jeton en lui-même qui pose problème. Il ne fait qu’allonger la liste des projets plus spéculatifs que créatifs qui sont venus parasiter le succès de la DeFi. Le tout sur une thématique alimentaire avec un certain accent de malbouffe. Car ce n’est pas le projet qui fait le scam, mais la volonté de ses développeurs et créateurs. 

Et c’est selon ce principe que ce qui devait être une « expérience pour créer de la valeur au sein de l’écosystème » de la DeFi s’est transformé en arnaque pure et simple. 

« C’est décevant de la part de personnes que je connais et en qui j’ai confiance. Alors que certains l’on fait en riant, d’autres étaient malveillants et cherchaient à en profiter, qu’ils l’admettent ou non. » – Alex Saunders

Car le succès n’est pas une recette qui peut se copier comme celle d’un gâteau. Et le jeton FEW à peine lancé sur la plateforme Uniswap s’est effondré. Cela en entraînant des centaines d’investisseurs dans une violente chute en forme de point final. 

Une catastrophe programmée qui aurait pu passer pour une simple erreur de parcours. Cela si elle n’était pas accompagnée d’un déni de ses créateurs, sur fond de private joke qui aurait mal tourné. Ou comment insulter deux fois ses investisseurs.

Trouver des « personnes sur lesquelles se vider »

Il est toujours intéressant de constater à quel point les « blagues » internes à certaines affaires se révèlent tout particulièrement révoltantes une fois sorties de leur contexte. En particulier lorsque ce qui est présenté comme un trait d’humour n’est en fait qu’une manière de prendre une seconde fois les cibles de cette remarque pour des idiots. 

« Nous avons besoin de personnes sur lesquelles se vider » – Anthony Sassano

C’est très exactement ce qui s’est passé lorsque des informations internes au groupe dédié au développement du projet sont apparues sur les réseaux sociaux. Des captures d’écran publiées par Alex Saunders qui démontrent la volonté très claire de l’équipe derrière le jeton FEW de créer un pump pour se remplir les poches. Cela afin de reproduire les bénéfices qu’ils ont manqués avec le jeton MEME. 

 

Bien évidemment, l’heure est au mea culpa pour tous ces acteurs du premier fiasco de la DeFi qui peut être classé dans la catégorie des scams avérés. Cela car la communauté bénéficie de preuves accablantes pour en étayer la conclusion. 

À savoir : créer un projet pour ruiner ses investisseurs sans rien proposer en retour que des bénéfices pour les créateurs. À moins que ce ne soit qu’une question de manque de sens de l’humour ?

Hugh B.

Hugh B.

Passionné par l'univers des cryptomonnaies. J'attache une grande importance à la vulgarisation pour rendre les choses compréhensibles et accessibles à tous. Mes articles ne sont en aucun cas des conseils financiers. DYOR !

1,421